Qu’est ce que le slow tourisme ?

Définition du Slow tourisme

Découvrez dans cet article touristique, définition du slow tourisme. Une nouvelle tendance qui incite à prendre le temps et se reconnecter à la nature durant ses vacances.

6h30 : tic-tac tic-tac…Vite, il faut se réveiller pour ne pas faire la queue au musée ! 

8h : allez hop hop hop ! Premier musée, on visite rapidement et on ne traîne pas ! 

9h30 : bon on peut enchaîner avec ce parc, quelques photos par ci… par là… Allez il est temps d’aller faire la prochaine activité, l’heure tourne ! 

Tic

Que ce soit en vacances ou lors d’une excursion touristique, nous avons déjà tous ressenti cette envie de profiter un maximum de son voyage. Et pour cela, nous passons à la loupe toutes les activités à faire, toutes les randonnées possibles ou encore tous les musées et monuments à visiter. Pas question de manquer quoi que ce soit, il faut tout faire et tout voir ! Mais est-ce la meilleure façon de profiter de son voyage ? 

Vous avez dit "slow tourisme" ?

Tout à fait ! Aujourd’hui, dans un quotidien de plus en plus stressant, de nombreux touristes mettent de côté cette « chasse aux activités » et se dirigent vers une nouvelle tendance : le slow tourisme. Le slow tourisme ou tourisme lent, c’est avant tout et surtout : profiter de l’instant présent ! 

Comment devient-on un slow touriste ?

  1. S’accorer le temps de vivre son expérience de voyage : Il s’agit de ralentir le rythme, de savourer pleinement ce qui nous entoure pour nous imprégner du pays ou du lieu visité.
  2.  Se laisser immerger dans la nature : s’émerveiller de ce qui nous entoure. Observer la faune, la flore et contempler les paysages traversés avec Explorama par exemple. 
  3. Choisir une mobilité respectueuse de l’environnement : le slow tourisme privilégie les moyens de transport « verts » ou « propres ». Ainsi, les trajets peuvent s’effectuer à cheval, à pied ou encore à vélo. Cela permet de sortir des sentiers battus et de profiter pleinement du voyage. Ici, le déplacement fait partie intégrante du voyage.

  4. Favoriser les rencontres avec la population locale : loger chez l’habitant, déguster des spécialités locales ou encore se familiariser avec la langue, il existe plein de moyens de s’intégrer à la communauté pour interagir avec celle-ci.

  5. Laisser place à l’imprévu : ne pas prévoir chaque minute de sa journée, c’est également se donner l’occasion d’être surpris par ce que le voyage nous réserve !